Sommaire

Dossier : « 1816 »
Patrick Vincent, Avant-propos
Daniel Krämer, « Aujourd’hui, les gens pâturent avec le bétail » : La dernière grande famine de Suisse, 1816-1817
Jean-Daniel Candaux, 1816 : Le dernier été de Coppet. Appendice : Souvenirs du duc de Broglie
David Spurr, Le voyage des Shelley à Chamonix
Patrick Vincent, « Je viens de repeupler mon esprit des scènes de la nature » : Lord Byron dans l’Oberland Bernois. Appendice : itinéraire de Byron dans les Alpes

Actualités de la recherche
Christine Gmür, « I’ll always give a hurrah for Switzerland and the Swiss » : Charles Dickens et la Suisse
Rafael Matos-Wasem, « Territet Belle époque », complexe de culture et de loisirs

Guides pour une histoire
Ariane Devanthéry, Dans les pas des grands hommes : le guide Murray et Byron

Comptes rendus
Claude Reichler : Michel Dousse et Claudio Fedrigo (dir.), Fribourg vu par les écrivains. Anthologie XVIIIe-XXIe s., BCUF – Ed. de l’Aire, nouvelle édition, 2015
Claude Reichler : Michel Dousse, Alexandre Dumas à Fribourg, BCUF, 2015
Claude Reichler : Alexandre Dumas, Impressions de voyage : Suisse, Alain Chardonnens (éd.), L’Harmattan, 2015
Claude Reichler : Barbara Piatti, Es lächelt der See. Literarische Wanderungen in der Zentralschweiz. Luzern – Vierwaldstättersee – Gotthard, Rotpunktverlag Zürich, 2013
Pierre-François Mettan : Christophe Gaillard, Une aurore sans sourire, Ed. de l’Aire, 2015

Vie de l’association
Sortie annuelle 2015 : excursion à Lucerne et au Rigi / Lausanne Estivale 2016 / Liste des membres / Procès-verbal de l’Assemblée générale 2015

Vous souhaitez découvrir le contenu de ce bulletin? Devenez membre de notre association et nous vous l’offrirons en guise de bienvenue!


Avant-propos

bulletin_acvs_2016_couv
A première vue, l’année 1816 ne mérite pas une commémoration. Le Congrès de Vienne, où Vaud et Genève ont négocié leur indépendance en rejoignant la Confédération, était ratifié depuis six mois, la Sainte Alliance conclue et Napoléon croupissait à Sainte-Hélène. En France, c’était l’heure des représailles, cette « Terreur blanche » qui a vu de nombreux anciens bonapartistes et républicains prendre le chemin de l’exil, tandis qu’en Allemagne et en Italie l’espoir des jeunes nationalistes s’estompait et qu’en Grande Bretagne la grogne montait parmi les ouvriers, privés de travail à cause de la paix. En Suisse, cette même crise économique poussait les plus démunis à émigrer pendant que la Diète s’intéressait avant tout à réorganiser l’armée fédérale. La météo, chamboulée par l’explosion d’un volcan à onze mille kilomètres de distance, semblait s’inspirer de ce climat politique morose, provoquant des crues dans les lacs, des avalanches et des glissements de terrain un peu partout dans les Alpes, et la dernière grande famine de notre histoire. Pour ajouter encore une touche apocalyptique, des taches noires apparurent sur le soleil à plusieurs reprises, tandis que la prophétie dite de Bologne annonçait la fin du monde le 18 juillet. Malgré ce sombre tableau, 1816 reste une année importante dans les annales du voyage en Suisse, et ceci pour deux raisons. Premièrement, le Grand Tour y reprit ses droits sous une forme plus proche du tourisme moderne que du voyage privilégié des Lumières. […] La deuxième explication justifiant une commémoration est la visite en Suisse en 1816 d’un petit cénacle d’écrivains qui ont contribué à la renommée du Léman et des Alpes. La Gazette de Lausanne, à la date du 25 juin, nota que « parmi le grand nombre d’Anglais qui habitent les environs de Genève, on remarque l’un des poètes les plus distingués de l’Angleterre, Lord Biron [sic] ». […]

Patrick Vincent